Annonce prog en cours - Courants d'Arts

Aller au contenu

Annonce prog en cours

Dimanche 11 octobre 2010 - 10h00
       
Balade-lecture à Issy l'Evêque (71)
Sur les pas d'Irène Némirowsky

SUR LES PAS D'IRENE NEMIROVSKY

Une balade-lecture à Issy l'Evêque

Deux associations s'unissent pour vous proposer une sortie passionnante avec l'aide de la ville d'Issy l'Evêque...

Le 13 juillet 1942, à Issy l'Evêque, la police française arrête une femme juive.Elle se nomme Irène NEMIROVSKY. Elle n'est pas arrêtée parce qu'elle s'appelle Irène Némirovsky, mais simplement parce qu'il manque une personne pour remplir le quota exigé par les autorités. (On finit par ne plus savoir s'il s'agit des autorités allemandes ou françaises...) On  la transfère dans le camp de transit de Pithiviers, d'où elle sera déportée à Auschwitz par le convoi numéro six le 17 juillet 1942, avec 809 hommes et 119 femmes. Elle y mourra le 19 août. C'est ainsi que la France mit fin à la carrière d'un de ses plus grands écrivains, et qu'elle se hâta d'oublier jusqu'à la publication au début de notre siècle d'un roman inachevé "Une suite française", écrit à Issy l'Evêque. Le prix Renaudot vint tenter de racheter à la fois cet acte de déshonneur et l'impardonnable négligence des milieux littéraires.

La ville d'Issy l'Evêque, avec un courage exemplaire, au vu des difficultés qu'une telle action soulève, a monté une exposition absolument passionnante et émouvante sur la vie de cet écrivain et son oeuvre prolifique malgré sa brièveté. Le village est désormais parsemé de panneaux de photos illustrées de textes qui permettent de retrouver les lieux qu'elle fréquenta (le "sentier du bourg"), et ceux où elle allait, dans la campagne charolaise, s'asseyait dans l'herbe et nous laissait des pages d'une belle poésie. (le "sentier de campagne")

Nous sommes très heureux de vous proposer cette balade-lecture dans le strict respect des règles en vigueur le dimanche 11 octobre.Les lectures seront faites par Christine BAYLE, actrice qui a accepté avec un grand intérêt ce rôle important.

En voici le programme:

9h45: rendez-vous devant l'église du village.

10h: visite du bourg illustrées de lectures.

11h: En salle, audition de témoignages audios de personnes d'Issy l'Evêque ayant connu l'écrivain, et dialogue avec Madame KULIK, qui nous ouvrira l'exposition l'après-midi.

12h: repas au restaurant "La Table d'Issy" ou pique-nique.

14h: à pied, parcours d'une partie du sentier de campagne avec lectures

15h: visite de l'exposition en deux groupes et visite de la magnifique église.

16h: retour à la salle pour des dernières lectures et échanges.

17h: fin de la journée


18h: Pour les personnes qui le souhaitent, messe à l'église concélébrée  par Monseigneur Rivière, évêque d'Autun et le Père Jean-Rodolphe Kars. (voir le texte d'accompagnement ci-joint)


Prix de la journée: 15 euros

Restaurant: Un menu unique nous est proposé pour 18 euros dans un très beau cadre et dans des conditions sanitaires très strictes:

          Feuilleté d'escargots de Bourgogne

          Pavé de veau aux cèpes

          Tarte aux pommes

Les personnes ne désirant pas aller au restaurant peuvent pique-niquer, la campagne s'y prêtant aisément, comme devait d'ailleurs le faire Irène Némirovsky... En revanche, il ne nous est pas possible, étant donné le contexte actuel, de proposer une salle fermée.

Réservations, renseignements (notamment pour le co-voiturage éventuel...) et paiement:

Les Amis de la musique en Charolais, Brionnais, Bourbonnais, 06.40.90.71.45,  amismusique7103@orange.fr
Domaine des lions, 03130 LUNEAU.

Courants d'Art, Madame M.C Bernay, Le Ternat, 03490 DIOU 06.83.20.00.88

Chèque libellé à l'une ou l'autre association. Ne tardez pas! Le nombre de places est limité, du fait des conditions actuelles.

Rappel: le port du masque sera obligatoire notamment au restaurant si l'on est amené à quitter sa place. Les distances de sécurité seront également obligatoires, même à l'extérieur. Du gel sera à disposition. Bref, on ne peut pas faire mieux!!

Au terme de cette journée, nous aimerions inviter tous ceux et celles qui le désirent, d'assister à une messe qui sera célébrée à 18h dans l'église d'Issy l'Evêque. Cette messe, célébrée à la mémoire d'Irène Némirovsky, sera présidée par Monseigneur Benoït RIVIERE, évêque de ce Diocèse. Nous remercions Monseigneur Rivière d'avoir généreusement accepté notre invitation à célébrer. Monseigneur Benoït RIVIERE est particulièrement sensible à la tragédie de cette période que nous évoquons au long de cette journée. En effet, il est le petit-fils d'Edmond MICHELET, ancien ministre du Général de Gaulle, Médaille de la Résistance française, Juste parmi les nations, Croix de Guerre 1939-1945, et qui a survécu à un internement de plus de deux ans à Dachau.Par ailleurs, le Père Jean-Rodolphe KARS, Chapelain à Paray-le Monial, prêtre venant d'une famille juive autrichienne, concélèbrera cette messe.

Nous vous précisons que cette messe est indépendante de la journée et ne revêt absolument aucun caractère d'obligation, nos deux associations n'étant liées à aucune religion et étant parfairement laïques. Il ne s'agit donc que d'une proposition supplémentaire pour les personnes qui sont intéressées.

I. Nemirowsky
I. Némirowsky_famille
      
Le 17 juillet 1942, au départ du convoi n° 6 en partance de Pithiviers (Loiret) pour Auschwitz, au côté des ménagères, coiffeuses, cultivatrices, vendeuses, figurait une femme de lettres au destin surprenant : Irène Némirovsky (1903-1942). Contaminée par le typhus, elle mourut un mois plus tard, le 19 août, dans l'enceinte du camp.
La France, c'était la vie
Pourquoi Irène Némirovsky n'a-t-elle pas quitté la France ? Issue d'un milieu juif aisé, cosmopolite - elle est née à Kiev de parents banquiers d'origine russe -, la jeune femme, étudiante à la Sorbonne, épouse en 1926, à Paris, Michel Epstein, fils d'une famille de banquier. Son arrivée en France était récente : 1919, mais elle avait été élevée dans l'amour de la culture et de la langue françaises. La France, c'était la vie. Pourtant, dans sa brève existence, elle n'aura jamais réussi à obtenir la nationalité française ni le prix Goncourt.
L'écrivain n'ignorait rien de la menace nazie. A partir de 1940, les avanies se sont multipliées sur ses proches. Son mari est radié des cadres de la banque où il travaille. L'éditeur Jean Fayard casse un contrat d'édition pour se soumettre à la nouvelle législation sur les auteurs juifs. Elle ne voulait pas s'éloigner de Paris, la capitale des lettres, même si elle avait de plus en plus de mal à y être publiée. Malgré cela, elle installe sa famille dans un petit village de Bourgogne, Issy-l'Evêque, au nord de la zone de démarcation, plutôt qu'en zone sud.
Irène Némirovsky, d'origine juive russe mais convertie au catholicisme en 1939, trouve donc  refuge en 1940 à Issy-L'Évêque dans le Morvan, avec son mari Michel Epstein et leurs deux filles de 5 et 10 ans. Se croyant à l'abri loin de Paris, elle est arrêtée par la gendarmerie française le 13 juillet 1942 et meurt du typhus à Auschwitz un mois plus tard. Son mari sera arrêté quelques semaines plus tard et déporté à Auschwitz où il sera immédiatement gazé. Leurs filles seront protégées et cachées jusqu'à la fin de la guerre.
Auteur à succès avant la guerre, c'est à Issy-L'Évêque qu'Irène Némirovsky écrit le roman inachevé Suite française qui rencontre un vif succès en France et à l'étranger dès sa parution en 2004, et reçoit le prix Renaudot à titre posthume.
Laissé aux bons soins de ses enfants son manuscrit, "mon chef-d'oeuvre", comme elle l'appelait connaît un succès phénoménal de librairie en France et à l'étranger depuis sa redécouverte en 2004.
La petite ville d'Issy-L'Évêque rend aujourd'hui hommage à cette écrivaine en proposant deux sentiers littéraires inspirés par sa présence dans le village et ses alentours.
Celui de la ville, balisé en rouge, est assez rapide, tandis que celui dans les bois et la campagne, balisé en bleu, permet de parcourir 8 km. Huit panneaux rythment le parcours, chacun étant nourri de citations, d’images d’époque et d’un QR code pour entendre des passages des livres de l’auteur (contés par une comédienne) ou des interviews de gens qui l’ont côtoyée.
Ce projet de sentier littéraire a reçu le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah.
Dernière mise à jour le vendredi 02 octobre 2020
Retourner au contenu